Fabien VIEUX - Ostéopathe Biokinergiste - 8 avenue Jean Lurçat - 78330 FONTENAY LE FLEURY - Tél : 01 34 60 37 33

L’OSTEOPATHIE

L’OSTEOPATHIE

L’OSTEOPATHIE

L’OSTEOPATHIE

HISTORIQUE DE L’OSTEOPATHIE :

L’ostéopathie a vu le jour aux USA vers 1874, sous l’égide d’Andrew Taylor STILL (1827/1917), qui s’est initié aux connaissances des indiens Schawnees.

Chirurgien des armées, il acquiert des connaissances anatomiques poussées, notamment lors de la guerre de sécession.

En 1865, très affecté par le décès de plusieurs membres de sa famille lors d’une épidémie de méningite, il réfléchit à une autre manière de soigner.  Abandonnant l’usage des médicaments, il est de plus en plus délaissé par ses pairs et par les instances médicales.

Il part alors pour le Missouri, où il devient ostéopathe ambulant. Sa réputation grandissant, il fonde en 1892 le premier collège d’ostéopathie à KIRKSVILLE.

En 1896, le VERMONT est le premier état à reconnaitre l’ostéopathie.

STILL meurt le 12 décembre 1917 à l’âge de 89 ans.

En 1890, William Garner SUTHERLAND , disciple de STILL, découvre le concept d’ostéopathie crânienne.

En 1917, John Martin LITTLEJOHN, écossais d’origine, soigné par STILL lors de ses études aux USA, et devenu ostéopathe, fonde, lors de son retour au Royaume Uni, la British School of Osteopathy (BSO), à l’origine du courant ostéopathique européen.

D’autres praticiens, tels que Harold MAGOUN, Viola FRYMANN ou John UPLUEDGER vont perpétuer et faire progresser par la suite cet art thérapeutique qui se base sur une meilleure compréhension des mécanismes complexes de la vie et de la santé.

LE CONCEPT OSTEOPATHIQUE :

L’ostéopathie est une thérapie manuelle globaliste, qui à pour but de restaurer toute perte ou restriction de mobilité du corps.

 » Le mouvement, c’est la différence entre la vie et la mort. C’est la qualité de la vie que l’on trouve dans toute chose vivante « .
Viola FRYMANN (ostéopathe américaine).

L’ostéopathe acquiert au travers de sa formation une sensibilité particulière de la main, qui devient son outil diagnostic et thérapeutique.

L’ostéopathie, thérapie holistique, considère le patient dans sa globalité, traitant le malade et non la maladie, elle s’intérresse aux blocages mécaniques, suceptibles d’être à l’origine de la pathologie.

Chaque cas est unique, même si le symptôme est identique, car selon son propre vécu, le corps cherche des compensations physiques ou psychiques, mais lorsque le seuil de compensation se trouve dépassé, souffrance et maladie peuvent apparaitre.

L’exemple d’une lombalgie, déclenchée par les suites d’une entorse de cheville ancienne et mal soignée entrainant une perte de mobilité de la cheville et du pied, qui se trouve compensée par les articulations sus jacentes ( genou, hanche), que compense à son tour la zone vertébrale, en est une démonstration parmi tant d’autres.

L’ostéopathie ne prétend pas tout guérir, ce n’est pas une panacée. Mais elle apporte, par son concept, sa vision propre du corps et de ses fonctionnements complexes.

Il existe différentes approches, structurelles, fonctionnelles, crâniennes, tissulaires, énergétiques et somato-émotionnelles. Chaque praticien utilise, selon sa propre sensibilité et les besoins du patient, la meilleure approche possible pour répondre à son problème, dans le but de restaurer son équilibre et l’harmonie de fonctionnement de l’organisme.